La notion de risque dans l’immobilier

Le marché peut vous faire faire une mauvaise opération à l’achat

Les prix pourraient baisser durablement

Les professionnels de l’immobilier redoutaient le scénario qui est en train de se dérouler en France.

D’un côté, on a une forte chute des transactions mais de l’autre, les prix peinent à baisser pour faire revenir les acheteurs.

En effet, les vendeurs ont gardé en tête les prix des années précédentes et ont encore à l’esprit la bulle immobilière. Mais les choses ont bien changé. La crise économique exerce une forte pression sur le pouvoir d’achat des acquéreurs. Les premiers frémissements à la baisse des prix ont été comme un signe d’encouragement pour les acheteurs patients. Et ils l’ont bien compris désormais la balle est dans leur camp et attendent donc une baisse significative des prix.

Le marché est donc face à un risque de baisse des prix synonyme de perte pour le vendeur.

Les taux pourraient remonter avant la fin de l’année

Tout le monde vous le dira, les conditions de financement n’ont jamais été aussi bonnes. Pourtant, les acheteurs n’empruntent pas. Il faut dire que les banques ont bien durci leurs critères d’accès aux prêts. Le temps où les acquéreurs achetaient sans apport est bien terminé.

D’autant, que c’est un autre scénario difficile qui s’annonce à l’horizon, celui de la hausse des taux.

Les niveaux extraordinaires des derniers mois ne vont pas durer et la courbe devrait s’inverser avant la fin de l’année 2013. La BCE devrait remonter son taux directeur aux premiers signes de hausse de l’inflation.

Mais n’oubliez pas les risques environnementaux et technologiques

C’est la moral des dernières catastrophes comme Xynthia. Les prix de l’immobilier peuvent frôler le zéro en un rien de temps si on ne prend pas toutes les garanties.

 

Une nouvelle réglementation ERNT

Suite à la découverte du manque d’informations des acheteurs et des locataires, le précédent gouvernement a mis en place un diagnostic spécifique pour les prises en compte des évènements de risques liés à l’industrie ou à l’environnement.

C’est dans ce sens qu’on était mis en place les articles L.125-5 et R.125-3 à R.125-27 du code de l’environnement. Désormais lors de l’achat ou de la location d’un bien immobilier ou d’un terrain, le bailleur ou le vendeur doit en informer le locataire ou l’acheteur.

En fait, ce diagnostic n’en est pas vraiment un mais plutôt un état. De fait, contrairement au diagnostic des performance énergétique, cet état peut être fait directement par le particulier. Les informations à regrouper sont accessibles sur les sites des préfectures, des mairies.

Les risques naturels

Ce sont certainement les plus variés. Ce peut être par exemple les feux de forêts, les séismes etc. Mais plus généralement, ce sont les risques liés aux inondations ou à la submersion qui font l’actualité. L’habitant doit être informé de la sensibilité de sa zone face à de tels risques.